Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<<   précédente HOME suivante   >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres

 

 

 

Crataegus monogyna => fleurs à 1 style.

 

 

 

Crataegus laevigata = C. oxyacantha,l'Aubépine épineuse.

 

 

 

Fruits de l'aubépine.

 

 

 

Il arrive que les fruits de l'aubépine soient encore présents à la floraison suivante.

 
Google +
You Tube
Facebook
Twitter
  Arbre :
 

1) Crataegus laevigata (Poir.)D.C.
2) Crataegus monogyna Jacq.

Aubépine à un style, Crataegus monogyna, la fleur.

L'aubépine :

1- Aubépine épineuse
2- Aubépine à un style

 

Famille :Rosaceae
S/famille : Malacées
  
Autres désignations : 1) Aubépine, épine blanche, aubespin, noble épine, senellier ...
2) Aubépine monogyne, bois de mai, mai, aubespin ...

 

Deux arbustes à feuillage caduc et rameaux épineux parfois bien difficiles à parfaitement distinguer d'autant que ces deux espèces se croisent naturellement pour produire des hybrides aux caractères intermédiaires. Même les dénominations vulgaires bien souvent se croisent, en fonction des auteurs et bien sûr des régions. On pourra trouver aussi que C. monogyna n'est qu'une simple variété de C. laevigata ! Ce qui finalement nous simplifie les choses.
Aubépine : du latin alba = blanche + spina = épine => arbre épineux à fleurs blanches, voilà qui pourrait expliquer pourquoi ce nom vernaculaire d'épine blanche se voit attribuer aussi bien à l'une qu'à l'autre même si le plus souvent, dans la littérature spécialisée, ce nom désigne l'aubépine épineuse (C. laevigata).
Avec un peu d'attention, ces deux variétés présentent tout de même quelques caractères marquants.

 

1) Aubépine épineuse : Crataegus laevigata = C. oxyacantha L.

Cette aubépine se présente sous la forme soit d'un arbuste de 2 à 5 m ou en milieu plus ouvert en arbre pouvant atteindre les 10 mètres. L'écorce, d'abord lisse et vert olive se fissure dans la longueur et devient gris brun noirâtre.
Les rameaux, lorsqu'ils sont encore jeunes, présentent aussi cette teinte verdâtre, puis ils deviennent gris cendré. Sur les rameaux courts, des épines atteignant jusqu’à 1,5 cm. rendent l'arbuste difficile d'accès.

Les feuilles sont petites, pétiolées, larges et ovales, presque entières, découpées généralement en trois lobes irrégulièrement dentés, arrondis, plus rarement en cinq.

Les fleurs blanches à cinq pétales s'inscrivent dans un cercle de 1 à 1,6 cm de diamètre, elles sont groupées en panicules ombelliformes dressées. Elles apparaissent en fin mai début juin, elles présentent un parfum puissant, âpre et relativement peu agréable.

Les fruits complexes à long pédoncule (que l'on nomme cenelles pour les deux aubépines) apparaissent dès le mois d’août. Ils mesurent à peine 1 cm, sont rouges et contiennent généralement 2 graines (3 possibles). Ils sont acides, de consistance farineuse et comestibles.

 

2) Aubépine à un style : Crataegus monogyna

L’Aubépine à un style est un arbuste de 3 à 5 m ou un arbre atteignant 8 m. Ses branches sont très densément ramifiées et forment des fourrés presque impénétrables. Les rameaux portent des épines atteignant 1 cm de long.

Les feuilles longuement pétiolées sont ovales, profondément découpées en trois à sept lobes plus ou moins pointus. De petites touffes de poils siègent aux angles des nervures sur le dessous des feuilles.

Les fleurs, assez identique à l'aubépine épineuse, viennent aussi en mai-juin mais ont la particularité, comme son nom le laisse sous entendre, de ne posséder qu’un style.

Les fruits, complexes, couronnés par les lobes du calice, arrivent à totale maturité en septembre-octobre. Ils sont d’un rouge luisant, d’environ 1 cm de diamètre, ovoïdes à sphériques ; ils sont persistants (quelques-uns encore en place à la prochaine floraison) ; il ne contiennent (généralement) qu'un seul noyau.

 


Partout et peu importe les qualités des substrats, l'aubépine colonise naturellement les terrains laissés à l'abandon, lisières des forêts, fourrés, haies ; c'est un abri sûr pour les oiseaux qui nichent dans ce type de haies totalement impénétrables.
Dans les jardins, on en fait des haies. Elle est également plantée dans les parcs et au bord des routes. On en trouve des variétés cultivées à fleurs rouges. De la famille des Rosacées, l'aubépine, arbuste au développement contenu, sert de porte greffe pour les poiriers et néfliers.
Généralement cet arbuste de poussée très lente à une longévité donnée pour environ 400 ans ; On en connaît une pourtant à St Mars sur la Futaie en Pays de loire - Mayenne qui dépasse les 1500 ans.

Ces deux arbustes : Aubépine épineuse et Aubépine à un style présentent toutes deux les mêmes usages. Comme plante médicinale, l'aubépine contient des agents activateurs de la circulation sanguine et tonique cardiaque (à n'utiliser bien évidemment qu'en présence d'un spécialiste). Les fruits peuvent être utilisés en confitures ; étant de constitution farineuse, ceux-ci ont été utilisés autrefois durant les pénuries en substitut de farine.
Le bois de l'aubépine étant de croissance très lente, c'est un bois très dur, très lourd (Crataegus : du grec cratos = force pour décrire cette dureté du bois) et excellent à la résistance au frottement, on l'utilisait autrefois pour la fabrication de manches d'outils, tournerie, petits objets décoratifs ; c'est un très bon bois de chauffage.

Comme la plupart des rosacées, l'aubépine est sensible au feu bactérien (nommé aussi brûlure bactérienne des rosacées), Erwinia amylovora un redoutable pathogène qui touche cette famille (pommier, poirier, cognassier, pyracantha, cotonéaster, alisier, néflier...), une maladie sans aucun traitement qui touche aussi bien les espèces cultivées que les espèces naturelles.

 

Un petit tableau pour réunir les différents caractères de ces aubépines :

 

  Crataegus laevigata
Crataegus oxyacantha
Crataegus monogyna
  Aubépine épineuse
Épine blanche
Aubépine à un style
Aubépine monogyne
Hauteur : 4/8m.(10m.) 3/4m. (5m.)
Répartition : => 1600 m., pas en régions littorales,
rare en région méditerranéenne
=> 1600 m., partout en France
  fourrés, friches, haies, lisières,
bois clairs
lisières, bois caducs
Fleurs : blanches à 2 à 3 styles blanches à 1 style
Fruits : rouges à 2 (3) noyaux rouges à 1 noyau
Feuilles : presque entières, 3 lobes profondément lobées, (3) 5 à 7 lobes
  Feuille de Crataegus monogyna, Aubépine à un style. Feuille de Crataegus laevigata : Aubépine épineuse.

 

04/03/2013 -

 



Écorce verdâtre de la jeune aubépine





Aubepine à un style, Crataegus monogyna, l'écorce.






L’aubépine colonise volontiers les terrains à l’abandon.

 
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -