Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Signez le livre d'or
 
<< précédente
Compteur
Champignon :  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
 
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 3 : Les lames de la russule charbonnière : Russula cyanoxantha, on dit qu’elles sont lardacées.

 

 

 

Photo 4 : Une des caractéristiques de la russule charbonnière : le chapeau creusé de fines ridules radialement.

 

 

 

Photo 5 : …idem pour le pied de Russula cyanoxantha, il est finement ridé en long.

 

 

Russula cyanoxantha

 

 

Russule bleue et jaune
Russule charbonnière
Charbonnier
Champignon charbonnier

Photo 1 : Le chapeau de la russule charbonnière, un mix de violet, vert, pourpre, quelques touches de crème, jaune … bref, une russule.            Photo 2 : Le problème avec cette russule charbonnière : les limaces .., elles ont tout croqué avant que vous ne les trouviez !

Classe : Basidiomycètes
Ordre : Russulales
Famille : Russulaceae
Genre : Russula

Photo © Jean Yves Bernoux

 

 

Chapeaux :

 

de 5 à 15 cm, globuleux puis convexe et enfin étalé-déprimé en large coupe ;
cuticule séparable sur environ 2/3, légèrement visqueuse à l'humide, vite sèche, dessinée de veinules radiales, tonalités du violet au verdâtre, nuancées de bleu et de jaune ;
marge lisse régulière, unie, concolore ou à peine plus claire ;

Lames :

 

adnées, épaisses, assez serrées, inégales, fourchues, molles et souples, grasses au toucher (lardacées), blanches parfois tachées de brunâtre dans l'âge ; arêtes entières, concolores ;

Pied :

 

=> 10 x3(4-5) cylindrique atténué à la base, plein, ferme mais vite dégradé par les vers, blanc parfois très légèrement teinté de lilas et/ou taché de brun (comme les lames) ;

Chair :

 

épaisse, ferme, cassante, blanche légèrement violacée sous la cuticule ;
saveur douce, odeur non significative ;

Spores :

 

sporée blanche peu amyloïde, spores ovoïdes, peu verruqueuses, 9 x 6,5 µm ;

Comestibilité :

 

bon comestible ;

 

Très populaire, la russule charbonnière est, tout comme le palomet (Russula virescens, la russule verdoyante), un champignon de la famille des Russulaceae.
Et dans cette famille, c'est certainement les deux seuls spécimens qui valent d'ètre cuisinés.
Mais autant le palomet est une russule assez facile d'identification, autant les autres représentants du groupe sont extrêmement difficiles tant elles sont peu fiables aux niveaux des critères visuels. Et de ce point de vue, la russule charbonnière ne faillit pas à la règle.
A ce propos, Georges Becker écrivait :
<< Ce genre difficile entre tous a ses spécialistes, qui laissent de côté tous les autres pour s'y consacrer exclusivement, et il n'est pas toujours confortable de les contredire. Mais il n'est rien de tel que l'étude des Russules pour affûter l'esprit critique, le flair, l'attention, la mémoire, et ce genre à peu près inutile oblige l'esprit à s'intéresser à quelque chose qui ne sert à rien. C'est donc un fait de haute civilisation que de connaître les Russules. >>

Et donc, la russule charbonnière, qui fait tout comme les autres, se présente à nous sous des tonalités violettes, verdâtres, tachées de crême, jaune ou rose. Le tout plus ou moins foncé quand jeune ou plus ou moins clair et décoloré dans la vétusté.
A y regarder de près, ce chapeau est de plus finement ridé radialement (photo 4), tout comme le pied d'ailleurs, finement ridé dans sa longueur (photo 5).
Mais si cette russule charbonnière a si bonne réputation, et si elle est si bien connue de tous (enfin, ceux qui s'y intéressent) il y a sûrement une bonne raison !
En effet, la russule charbonnière, même si elle ne dénote pas de cette famille si difficile à dépatouiller, elle a cependant un point faible, un "défaut" qui la fera reconnaître entre toutes : ses lames.
Et oui, toutes les russules ont des lames cassantes, des lames qui s'éffritent et sautent dès que l'on y passe le doigt ; et bien la russule charbonnière, elle, n'a pas cette particularité, elle possède des lames molles et flexibles qui ne se cassent pas au moindre contact. Ses lames ont cette caractéristique très particulière d'être grasses, collantes au contact, on dit qu'elles sont lardacées. Voilà qui va faciliter grandement l'identification de notre russule charonnière, surtout les sujets qui s'écartent largement des couleurs du type.

Pour la comestibilité, nul doute que c'est une des meilleures avec le palomet, et tant pis si la confusion est faite avec une autre russule très proche, << .. En règle générale toutes les russules à chair douce peuvent se consommer : il faut donc les goûter. >> (André Marchand, Champignons du Nord et du Midi // I p.238).

On pourra trouver cette russule charbonnière assez couramment aussi bien sous feuillus que sous conifères en troupes de quelques individus plus ou moins éparpillés dès le mois de juin et jusqu'en octobre, sur tous types de sols, peut-être quand même une petite préférence aux terres calcaires.

Outre la confusion sans importance avec une autre russule de couleur identique (après avoir écarté toutes celles qui ont une chair acre) la russule charbonnière ne devrait pas être confondue avec un champignon d'une autre famille. Pourtant, la littérature met en garde avec une éventuelle et terrible méprise entre les russules (à tendance verte) et la mortelle amanite phalloïde, mais bon, il faut être vraiment distrait, ou n'y strictement rien connaître pour faire cette erreur.
Rappelons tout de même, qu'à l'inverse de l'amanite phalloïde, la russule charbonnière n'a ni volve, ni anneau ! Pour les novices, pensez donc à toujours bien déterrer le pied de vos trouvailles pour en verifier la base.
Autre différence à se rappeler et de taille aussi, la russule fait partie de la famille des Russulaceae => à chair grenue, crayeuse avec cassure nette sans fils (voir photo 8), alors que les amanites ont une chair fibreuse avec présence de "fils" à la cassure.

04/09/2011

 

Photo 6 : La russule charbonnière est précoce, on la trouve dès le mois de juin.



Photo 7 : Comme pas mal de champignons, dans l’âge, la marge de notre russule charbonnière est bien souvent sinueuse…





Photo 8 : … et les lames de cette russule charbonnière se tachent de brun. A noter la cassure typique des russules, la chair est cassante, non fibreuse.





 

(DE) : allemand : Frauentäubling ;
(UK) : anglais : Charcoal burner, Parrot russula ;
(DK) : danois : Broget skørhat ;
(EE) : estonien : Siniroheline pilvik ;
(ES) : espagnol : Rusula de los cerdos ;
(FI) : finnois : Kyyhkyshapero ;
(NL) : néerlandais : Regenboogrussula ;
(NO) : norvégiens : Broket kremle ;
(PL) : polonais : Golabek modrozólty ;
(SE) : suedois : Brokkremla ;

 
   
- - -    


Photo 9 : Attention tout de même aux confusions entre les russules à tendance verte et la terrible amanite phalloïde.

 

Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -