Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<<   précédente HOME suivante   >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
 
Photo 2 : Toutes jeunes, Armillaire obscure ou  Armillaire d'Ostoya.
 
Photo 3 : Anneau membraneux comme doublé d’Armillaria ostoyae.
 
Photo 4 : Dessous de l’anneau de l’Armillaire d'Ostoya, il est ponctué d’écailles brun foncé.
 
Facebook
Google +
You Tube
Twitter
  Champignon :
 

Armillaria ostoyae (Romagn.) Herink
Armillaria obscura (Schaeff.) Herink

 

Armillaire d'Ostoya
Armillaire obscure

Règne : Fungi
Division : Basidiomycota
S/Division :
Agaricomycotina
Classe :
Agaricomycètes
S/Classe : Agaricomycetideae
Ordre : Agaricales
Famille : Tricholomataceae
Genre : Armillaria
Photo © ChampYves  


Chapeaux :

 

de 5 à 12/15 cm, sphérique, convexe puis s'étalant pour généralement présenter un centre déprimé, hygrophane, hérissé de squamules brun sombre sur fond brun roux, brun vineux rosâtre, bien plus clair au sec ;
marge enroulée, floconneuse, de couleur brune, finement squamuleuse de brun plus foncé, cannelée avec l’âge et perd ses squames ;

Lames :

 

adnées à peine décurrentes, fines et relativement serrées, blanches jeunes puis se tachant de brun rougeâtre dans l'âge ;

Pied :

 

cylindrique ou légèrement clavé, généralement courbé, de 5 à 15 mm de diamètre pour 6 à 15cm de haut, floconneux, blanchâtre au-dessus de l'anneau, concolore au chapeau au dessous, brun à brun rougeâtre vers la base ;
anneau membraneux cotonneux blanchâtre sur le dessus, comme doublé par des écailles persistantes brunes ou noires sur le dessous ;

Chair :

 

chair assez ferme, blanche à la coupe mais se tache lentement de rose brunâtre ;
odeur fongique, saveur légèrement acide ;

Spores :

 

sporée blanche, non amiloïde ;
spores elliptiques 9 x 6 μm. ;

Comestibilité :

 

toxique ...

L'Armillaire d'Ostoya est un redoutable champignon parasite mais aussi saprophyte de feuillus et de conifères, un champignon très fréquent, du mois de juillet au mois de novembre, sur zones où le sol est acide. Il se développe le plus souvent en groupes de nombreux individus, formant des touffes parfois importantes aux pieds ou sur le tronc des arbres.
Un parasite redoutable qui peut causer des dommages immenses aux forêts de feuillus comme de conifères. Quand les "fructifications, les champignons" commencent à apparaître autour, au pied ou sur le tronc d''un arbre, les dégâts causés à l'hôte sont déjà si importants que désormais l'arbre peut être considéré comme condamné.

Quant à la comestibilité de ce champignon, la plupart des ouvrages donne cette armillaire pour plus ou moins indigeste, plus ou moins toxique !
- R.Courtecuisse (p. 220) <<Genre Armillaria : comestible jeune, avec certaines précautions, peuvent entraîner des intoxications plus ou moins bénignes ;
Et pour Armillaria ostoyae en particulier : << Plus volontiers toxique que les autre armillaires >>

Et du même auteur dans Champignons d'EUROPE : << Réputées comestibles, bien que de qualité assez médiocre, les armillaires doivent êtres récoltées jeunes et consommées le plus rapidement possible, certains désagréments ou intoxications plus ou moins sérieux pouvant être dus à une infection surajoutée par des micro-organismes. Il semblerait que A. ostoyae soit plus fréquemment incriminée dans les phénomènes d'intolérance digestive >>.
...

Quelques autres ouvrages, sans appels, donnent ce champignon pour toxique.

Bref, un champignon généralement donné comme comestible lorsque parfaitement cuit, mais comme il est trop souvent mal toléré par de nombreuses personnes, il restera donc plus sage de ne pas le cuisiner.


Un champignon dont il existe de nombreuses formes qui étaient le plus souvent décrites sous le nom générique d'Armillaria mellea, il est maintenant généralement admis qu'il existe plusieurs espèces bien distinctes ;

 

Espèces proches :

- Armillaria mellea, armillaire couleur de miel : se distingue de l'Armillaire d'Ostoya par son anneau qui ne présente pas de flocons brun noirâtre en face inférieure.

- Armillaria gallica, armillaire à voile jaune : une armillaire au stipe en forme de bulbe et une armille éphémère tout comme l'anneau qui devient simplement une zone annulaire jaunâtre à maturité.

- Armillaria cepistipes, armillaire à pied bulbeux ou armillaire à pied-bot : anneau fibrilleux et fugace comme la précédente, peu squamuleux, pied généralement bulbeux, sur bois et racines de feuillus.

- Armillaria socialis (Armillaria tabescens), armillaire sans anneau : très semblable à l'armillaire couleur de miel mais sans anneau et ses lames qui virent au brun rosé dans l'âge. Sur feuillus, surtout chênes.

 

Confusions :

- Pholiota squarrosa, la pholiote écailleuse (qui n'a rien d'un proche parent (sporée brune) mais souvent confondue avec les armillaires) présente généralement des tonalités identiques et l'ensemble du champignon couvert d'écailles ; en outre, très vite les lames se colorent de brun rouille à la maturité des spores, un champignon qui présente une odeur et une saveur raphanoïde.

 

  • - Synonymes latins :
  • - Autres noms vernaculaires :
  • - Autres langues

Agaricus obscurus J.C. Sch.
Agaricus polymyces Pers.
Armillaria mellea var. obscura (J.C. Sch.) Gillet
Armillaria obscura (J.C. Sch.) Herink
Armillariella obscura (J.C. Sch.) Romagnesi
Armillariella ostoyae Romagnesi
Armillariella polymyces (Pers.) Singer & Clémençon

Armillaire obscure

(DE) : allemand : Dunkler Hallimasch
(UK) : anglais : Armillaria Root Disease ; Dark Honey Fungus
(BA) : bosnien : Cetinarska puzica
(DK) : danois : Mørk honningsvamp
(EE) : estonien : Tõmmu külmaseen
(FI) : finnois : Mäntymesisieni
(HU) : hongrois : Sötétpikkelyes tuskógomba
(NL) : néerlandais : Sombere honingzwam
(NO) : norvégiens : Mørk honningsopp
(PL : polonais : Opieńka ciemna
(CZ) : tchèque : Václavka smrková

09/2012 -

 

 





 

Photo 5 : Quand une colonie d’Armillaria ostoyae comme celle-ci apparaît, l’arbre est condamné.

 





 

Photo 6 : Les lames d’Armillaria ostoyae jeunes sont blanches, en vieillissant, elles virent au brun rougeâtre  dans l’âge.

 





 

Photo 7 : Armillaria ostoyae ou  Armillaria obscura est un parasite, c’est aussi un saprophyte sur souches,  bois enterrés et racines mortes ou mourantes.





 
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -